Vrac gastrique.

J’ai la gerbe mais c’est pas celle d’Interflora, le cœur serré et la gorge tenue en otage par un marin. Un nœud coulant qui empêche les sentiments de sortir, qui retient et détruit. La douleur rend vivant.

Je hais l’humanité, la vie, le cycle, la joie, l’espoir. Je hais, donc je suis. D’ailleurs, la misanthropie est l’aboutissement de l’être.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s