Fardée.

Le fardeau n’est nécessaire qu’à celui qui se sait le besoin d’un repentir. Le refuser, c’est farder sa vie. Le refuser, c’est salutaire le temps de mourir l’âme rongée.

Une nuée de rats. Synapse par synapse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s