Vague à lame.

Il y a certaines âmes telles des lames : forgées au cœur du feu, rompues sur le fer brûlant et massif de l’enclume, et rigidifiées brutalement par une eau aux relents de cuivre et glacée. Une douche froide. Et ce sont souvent les plus belles, les plus mortelles, les plus attirantes. Les plus enivrantes. Une telle âme se retrouve toujours confrontée à un sosie, une semblable. Le drame est quand les circonstances lui rappellent l’aptitude première de sa consœur, de manière abrupte : couper la lucidité, le tissu même de l’envie. Elle annihile l’autre, c’est tout ce qu’elle peut faire, ce qu’elle sait faire.
Mais même elle trouvera une consœur plus atroce.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s