Dévasté

Étoiles filantes, destins fortuits,
Spectacles hilarants que ces étranges fruits.
Coupés des astres, les questions demeurent.
Pendus en travers, nous attendons l’heur.
Sans jamais toucher le sol ou dépasser les
Cîmes, suspendus entre deux ; laids. Et les
Travers de ces désastres, insolentes répétitions,
En croix, tels des bannières savourant la compétition.
Nous n’apprenons que trop tard, horrible révélation,
Que jamais nous n’allons mûrir. Dévastation.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s