Fière et pâle, lune reflétée,
Un nuage soufflé, effondrée
Sur mes épaules. Souffle coupé
Par la douceur de ta peau satinée.

J’aime tes lèvres, qui tuèrent dans l’oeuf
Les velléités de mon coeur à rester veuf.
Ton souffle court lorsque mes doigts effleurent
Ton cou gracile, me comble de bonheur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s