Amours dévorantes

J’en crèverais tes yeux
Et mangerais ton foie
Si je pouvais une seconde de mieux
Être à jamais le roi
D’un nouvel instant à deux.
Et je continuerais doigt par doigt
À te dévorer crue
Si les chimères me disent
Que te garder à ma guise
M’offre l’instant absolu.

Et que saigne ma chair
Lorsque de folie je serais pris
À voir tes poumons sans air
Sur cette chaise, flétrie.
Et mon cerveau flingué,
Par la nouvelle gâté.
Aimer à embrasser
Tes lèvres couleur Chimay.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s