Terrorisé, en pleine langueur.
Sclérosé, amoureuse moiteur.
Malicieuse souffrance
Qui du flacon enlève l’ivresse,
Mais en laisse la bile rance,
L’insomnie pour seule déesse.
Chevelure tissant une toile immense,
Et froid dans la nuit me pend à ses tresses.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s