Aube défaillante

Encore un matin défaillant,
Aube morne et terne.
Je ne vois que la coulée des gens,
Sang triste et faible.
Je n’vois même plus ce soleil,
Fait de lumière et de joie
Car j’ai jeté la dernière bouteille
Dans la mer de toutes ces voix
Qui susurrent à mon oreille
Du réconfort. Issue sans voie.
Tous ces désordres sans loi
À arpenter la vie comme une ombre,
Et à explorer les recoins les plus sombres.
J’en suis le monstre sans foi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s